Accueil csb Actualité Fête du travail au Burkina : L’UAS remet sa plateforme revendicative minimale au premier ministre
Actualité - csb - 2 mai 2022

Fête du travail au Burkina : L’UAS remet sa plateforme revendicative minimale au premier ministre

Les travailleurs du Burkina Faso à l’instar du reste du monde ont célébré la Fête du travail ce dimanche 1er mai 2022. A cette occasion, une marche-meeting a été organisée par l’Unité d’Action Syndicale (UAS) suivi de la remise de sa plateforme revendicative minimale   au premier ministre Albert Ouédraogo. Le président du mois de l’UAS Guy Olivier Ouédraogo au nom des travailleurs, s’est prononcé aussi sur l’actualité nationale, marquée par l’inondation survenue à la mine de Perkoa et l’augmentation prochaine du prix du pain par la Fédération Burkinabè des Patrons de Boulangeries Pâtisseries et Confiseries (FBPBPC).

Remise de la plate-forme revendicative minimale

 La plate-forme revendicative minimale est articulée autour de cinq grands axes qui sont : la sécurité des populations et de leurs biens, l’assainissement de la gestion des ressources nationales, le respect et l’élargissement des libertés démocratiques syndicales et la promotion du travail décent, la mise en œuvre et le respect des engagements pris avec les organisations syndicales, la garantie du pouvoir d’achat.

Une vue de la marche

Après avoir reçu les revendications des travailleurs, le Premier ministre Albert Ouédraogo a rendu, dans son allocution, un « vibrant hommage aux travailleuses et travailleurs » du Burkina Faso.

« Je ne doute point de la pertinence des revendications soumises au gouvernement », a indiqué Albert Ouédraogo en ajoutant qu’elles seront « examinées avec la plus grande attention ».

Le président du mois de l’UAS, Guy Olivier Ouédraogo pendant son discours.

Sur l’inondation survenue à la mine

de Perkoa, l’UAS a exprimé sa solidarité à l’endroit des travailleurs de cette mine et surtout aux familles des huit travailleurs qui n’ont pas pu sortir de la mine après l’inondation. L’UAS interpelle la direction de la société et surtout les autorités pour que soient engagées toutes les mesures pouvant permettre de les sauver. Elle exige aussi une enquête indépendante pour situer les responsabilités en vue de prendre des mesures qui s’imposent pour éviter que ne se reproduise un tel drame mais aussi punir les éventuels responsables.

A propos de l’augmentation prochaine du prix du pain exigée par la FBPBPC, l’UAS s’y oppose, mais est consciente sur la hausse du prix du blé sur le marché mondial. L’UAS considère qu’avec des mesures de soutien du gouvernement aux boulangeries et des réajustements au niveau interne, les patrons des boulangeries pourront maintenir le prix actuel du pain.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

Syndicat National des Arts et Métiers : Un 1er congrès extraordinaire pour des lettres de noblesse

Le 1er congrès extraordinaire du Syndicat National des Arts et Métiers (SYNAME) s’est tenu…